Pourquoi assurer sa cave à vin ?

Lorsqu’on est amateur de bon vin, il n’est pas rare – il est même recommandé ! – de posséder une cave à vin. Et plus les années passent, plus cette cave se remplit, d’abord de petits vins de pays puis, au fur et à mesure, de grands crus que l’on garde comme des trésors et qui se dégustent les jours de fête. Or, quand une cave prend de la valeur, il devient important de l’assurer. Pourquoi et comment ? Voici toutes les réponses.

Assurer sa cave

Pourquoi assurer votre cave à vin ?

Que peut-il arriver à une cave à vin ? Cela peut sembler anodin, mais en fait, les risques sont multiples. Tout d’abord, il existe des risques naturels : votre cave peut malheureusement être incendiée ou inondée du fait d’un dégât des eaux ou d’une catastrophe naturelle.

Mais, au-delà de cela, tout amateur de bons vins n’a qu’une préoccupation : préserver ses grands crus du vol. Le risque de vol est d’autant plus réel que certaines bouteilles peuvent coûter effectivement cher. Enfin, il ne faut pas oublier le contenu des bouteilles. Après tout, les lits sur lesquels reposent ces chers trésors peuvent se casser et les bouteilles peuvent être brisées, ce qui fait donc autant de raisons de trouver une bonne assurance pour sa cave à vins.

Que faire en cas de sinistre dans votre cave ?

Depuis longtemps, les assureurs ont investi les vignobles. Il existe plusieurs solutions pour assurer votre cave à vin. La première et la plus pratique est d’assurer votre cave à vin grâce à votre assurance habitation : soit la cave est déjà comprise dans le contrat, soit il suffira d’ajouter un avenant au contrat et d’augmenter le capital garanti de la valeur totale de la cave pour régler le problème. Cependant, si votre cave ne fait pas partie de votre logement, il sera obligatoire de souscrire une assurance dépendance, souvent moins efficace qu’une assurance habitation classique – mais parfois proposée en complément de l’assurance multirisques habitation.

Pour assurer vos bouteilles, il suffit également de les déclarer à l’assureur qui vous fera payer en supplément un pourcentage du montant assuré. En cas de sinistre, le premier réflexe doit être d’appeler la police ou les pompiers (sauf en cas de bris de bouteille). Il suffit ensuite de contacter l’assureur et de l’informer du sinistre pour qu’il le prenne en charge.

Un autre lien peut vous intéresser :